samedi 29 août 2015

Publier sur d'autres plateformes : Google Play

C’est presque la rentrée pour nous. J’en profite pour publier ce premier article de l’année (scolaire)

Un jour, je lisais sur facebook une remarque d’un certain monsieur Je sais tout qui disait quelque chose du genre : « Si les auteurs indépendants ne publient que sur Amazon, c’est parce qu’ils sont ignorants et fainéants »

Dans les dents pour les auteurs indépendants ! 

Je me suis attaché les mains dans le dos pour ne pas me laisser aller à quelques acerbes remarques que j’aurais sans doute regrettées par la suite, et là, l’idée a fait son chemin de publier un petit comparatif entre 3 autres plateformes qui sont :
  • Google Play
  • Itunes
  • Kobo
Bien sûr, je ne peux parler que de ce que je connais, et c’est donc ventes des livres de Jacques uniquement dont il sera question.

La méthode :
Pour faire ce comparatif, la méthode est simple : pendant un an, de juin 2014 à juin 2015, sur ces trois plateformes, 2 ou 3 livres de Jacques ont été publiés. Pas toujours les mêmes livres d’un mois à l’autre, mais toujours les mêmes livres sur les trois plateformes.
Je m’explique : au début de l’expérience (si je me souviens bien), il s’agissait des trois livres :
-Les Pierres Couchées
-Décollage imminent
-Multiplication

Et après décembre 2014 (là encore, de mémoire) de deux gros romans
- Les Pierres Couchées
- Au Cœur du Solstice

Il ne sera pas question non plus d’Amazon, plateforme sur laquelle nous réalisons notre plus gros chiffre de ventes, largement supérieur à celui réalisé sur ces trois plateformes.

Et donc, aujourd’hui, c’est par Google play qu’on va commencer.

Contactés par Google Play
Certains s’en souviennent peut-être, nous avions été contactés par Google Play en 2014, pour publier nos titres sur leur plateforme.
Se voir sollicités ainsi pouvait laisser supposer un nombre de ventes intéressant. D’autant plus qu’on trouve tout de même Gloogle Play sur la majorité des tablettes et smartphones.
C’est donc pleine d’enthousiasme que je me suis lancée dans la découverte de cette plateforme de publication.

Quelques avantages à publier sur Google Play ?
  • Moins d’auteurs indépendants, donc moins de concurrence, et une meilleure chance de percer.
  • Des royalties payés au début du mois n+1 pour les ventes du mois n, et pas 2 mois après comme pour les autres plateformes
  • Une plateforme très puissante ayant prévu tous les cas de figure, et du coup des pages d’aide conséquentes et très claires.
Quelques inconvénients à publier sur Google Play ?
Eh bien oui, il y en a aussi :
  • La plateforme est très puissante, tous les cas de figure sont prévus, mais cela se fait aux dépens de la simplicité.
    Prévoir quelques cachets anti-migraine les premières fois. Les pages d’aide sont claires, mais il y en a beaucoup et on se perd vite.
    Pour info, Bruno Challard a écrit un livre sur le sujet de la publication sur Google Play. Je ne l’ai pas lu, mais si ça vous tente d’y jeter un œil, c’est .
    Et surtout... ne venez pas me demander de l’aide : je n’ai pas toujours réussi à faire ce que je voulais.
  • Les chiffres de ventes sont accessibles quotidiennement moyennant le téléchargement, très long, d’un fichier Excel. Cela dit, les infos sur ce fichier sont très précises. Rien à redire
  • Les royalties de 52 % sont plus faibles qu’ailleurs pour les livres de 2.99 euros et plus, mais également un peu plus élevées pour les livres moins chers.
  • Google se réserve le droit de réduire le prix de vente pour promouvoir le livre. Ennuyeux ça si votre livre est en vente également sur Amazon qui aligne les prix, même si, sur Google Play, l’auteur reste rétribué sur le prix initial de son livre.
    On m’a toutefois assuré que cela n’était pas fait dans les pays où sévit la loi sur le prix unique du livre
  • Pas vraiment de visibilité de votre livre sur Google Play. Si vous n’êtes pas dans les meilleures ventes, il sera juste impossible à trouver... à moins de taper directement le titre ou le nom de l’auteur dans la barre de recherche.
Bref, comme vous le voyez, des avantages et des inconvénients.
Le plus dur, c’est de réussir à publier son premier livre. 

Cela devient beaucoup plus facile pour les suivants.
Mais pour un auteur indépendant pas trop versé dans l’informatique et internet, le chemin sera long et difficile, et pas forcément couronné de succès.

Enfin, supposons que malgré tout, vous ayez réussi. 
Vendrez vous beaucoup de livre ?

Pour ce qui nous concerne, il faut bien avouer que le résultat a été décevant. Et je vous livre les chiffres :


Des ventes certes... mais quand même beaucoup moins que sur Amazon... du moins pour nous !! On note cependant une légère tendance à l’augmentation des ventes au deuxième trimestre 2015.

Vous êtes tenté par une publication sur Google Play ? Il faudra :
  • vous armer d’un peu de patience, car la plateforme a fermé l’accès aux nouveaux auteurs. Pourquoi ? Pour faire la chasse aux « auteurs pirates » suite à des piratages en masse sur Google Play, dont nous avions d’ailleurs fait les frais
  • vous munir d’une boîte entière d’antalgiques pour prévenir les maux de tête.

A bientôt pour de nouvelles aventures... sur iTunes cette fois.
Jacques-Line Vandroux.

12 commentaires:

  1. C’est presque la rentrée pour nous. J’en profite pour publier ce premier article de l’année (scolaire)

    Un jour, je lisais sur facebook une remarque d’un certain monsieur Je sais tout qui disait quelque chose du genre : « Si les auteurs indépendants ne publient que sur Amazon, c’est parce qu’ils sont ignorants et fainéants »

    Dans les dents pour les auteurs indépendants !

    RépondreSupprimer
  2. Vais-je oser le dire, ben oui (svp, pas de référence à Audiard en retour, merci :-) ).

    En résumé, beaucoup d'investissements pour peu de retour... donc ma conclusion "à éviter"... conclusion hâtive, Jacques ?

    RépondreSupprimer
  3. Tout ça pour moins de 10 ventes par mois ;) On ne regrettera pas la fermeture temporaire de la plateforme aux nouveaux auteurs.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ce retour Jacqueline, j'avais tenté Google Play avec mon premier livre, enlevé ensuite parce que j'avais mis le titre dans KDP Select (pour essayer le programme). Je ne crois pas à l'époque y avoir fait une vente. Ça reste peu concluant, compte-tenu du succès des livres de Jacques sur Amazon.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Anto, Jeanviet et Chris pour vos remarques.
    Je serais plus mitigée dans mes conclusions:
    - A éviter si c'est pour un objectif de rentabilité
    - A tester sur le long terme pour faire partie des précurseurs et des observateurs, voir comment tout cela évolue et si la tendance à la hausse va se confirmer.
    Pour ce qui nous concerne, dans un souci de simplification, je crois que nous allons faire passer cette plateforme à la trappe pour le moment... mais ce ne sera ni par fénéantise, ni par ignorance :)

    RépondreSupprimer
  6. Je vais donc attendre que cela se simplifie, et que leur droit de réduire le prix disparaisse. Encore un article lumineux !

    RépondreSupprimer
  7. Google Play peut donner de bonnes surprises, je ne l'écarterais pas trop rapidement.

    J'y ai publié il y a deux ou trois ans les mêmes titres que sur Amazon, pour constater comme beaucoup des ventes anémiques.

    Et puis surprise, en septembre 2014, il y a eu un bond inattendu des ventes. Un titre, puis un second se sont hissés #1 des ventes de Google Play, avant de se faire rapidement descendre en flamme.

    En #1 du top 100 de Google Play, en septembre 2014, les ventes se situaient à une trentaine d'exemplaires quotidiens.

    Ca ne rivalise pas avec Amazon, mais il est très intéressant que ce soit arrivé à un indie, sans investissement marketing. Je n'imagine pas ce que ça aurait pu donner si mes titres avaient été bons :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicolas pour ce retour d'expérience très intéressant.
      Comme quoi, on n'est pas à l'abri de bonnes surprises, même sans investissement marketing.
      On aurait peut-être dû persévérer... Une prochaine fois peut-être...

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Tu es pressé Patrick ? Il faut d'abord que je l'écrire. 😃

      Supprimer