mercredi 30 août 2017

Un livre en librairie : premier retour d'expérience


Et voilà ! L’été est presque passé, Projet Anastasis a fait ses premières semaines en librairie ! Il est temps de vous faire un premier retour d’expérience.

Un moment émouvant.
Hé oui, on a beau avoir l’habitude de voir son livre en bonne place des librairies numériques (enfin... surtout d’une seule en fait), on a beau avoir déjà publié une version papier en impression à la demande, ce n’est quand même pas la même chose de voir son livre, en vrai, dans une librairie !
Et la première fois, ce fut un grand moment d’émotion !
Première fois ! A la librairie Arthaud de Grenoble
Ensuite, un petit pari à chaque nouvelle librairie : 
  • Va-t-il y être ? (Il n’y était pas toujours !) 
  • Va-t-il être bien placé ? (Il l’était quand même souvent.) 
  • Les lecteurs vont-ils se laisser tenter ? (Un peu moins que ce qu’on espérait, mais quand, même, oui.)
Votre participation
Et là, un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce petit jeu avec nous, et qui nous ont fait partager, soit par mail, soit en MP, soit sur notre mur Facebook, les photos de ce livre dans les librairies ou supermarchés aux quatre coins de la France, de la Suisse ou de la Belgique.
Vous avez été très nombreux à partager cette première fois avec nous. Je ne pourrai pas tous vous citer, car j’en oublierai beaucoup, mais cela nous a beaucoup touchés et nous a fait très plaisir.

Belle mise en place à Cultura

La puissance d’une maison d’édition
Tout cela n’aurait pas été possible sans notre éditeur (Robert Laffont pour ceux qui auraient zappé) Glenn et Camille bien sûr, mais aussi toute l’équipe qui se cache derrière. 
Grâce à eux, pas besoin de se soucier de marketing (même si on en fait quand même un peu à notre niveau...) ou de contacter journalistes et blogueurs. Ça tombe bien, on n’aime pas solliciter, et on n’est pas à l’aise du tout dans ce rôle.


Dans toutes les librairies numériques
Et puis, cela faisait un moment qu’on y pensait, mais qu’on n’avait pas encore sauté le pas... Nous voilà donc présents, du moins pour les romans, dans toutes les librairies numériques. On fera sans doute moins de ventes qu'en restant en exclusivité sur Amazon, mais cela nous permettra de nous faire connaître d’un autre public de lecteurs. En tout cas, les commentaires sur ces nouvelles plateformes sont à la hauteur de ceux sur Amazon. Nous voilà rassurés !


De nombreux articles de blogs
Parmi les choses que nous ne faisions pas avant, il y avait : proposer nos titres à des blogueurs. On a toujours un peu de mal à se vendre et on n’aime pas solliciter comme je l’ai dit. Et là, gros changement : des chroniques comme s’il en pleuvait ! La puissance des services presse !... (entre autres choses)
Des chroniques élogieuses... et quelques-unes un peu moins. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde, c’est bien connu.
En tout cas, j’ai regroupé ma moisson  de chroniques sympas sur la toile au bas de cette page. Si j’en ai oublié,  n’hésitez pas à me le signaler.
Un grand merci, donc, à tous ces lecteurs forcenés qui partagent leurs passions et leurs coups de cœur, car, grâce à ce bouche-à-oreille, le cercle de lecteurs s’agrandit ! Et plus généralement, un grand merci à tous ceux qui parlent de ce livre autour d'eux !

Des nouveaux interlocuteurs : les libraires !
Et la grosse nouveauté, c’est que le cercle des interlocuteurs s’élargit ! Nous ne sommes plus comme pour le numérique dans une relation directe auteur-lecteur ! Un nouveau personnage entre en scène : le libraire !
C’est à lui que le lecteur s’adresse pour un conseil. Si le libraire a aimé votre livre, il va donner envie de le découvrir. Son rôle est donc primordial en tant qu’ambassadeur ! Et un coup de cœur de libraire, ça change la donne !

Coup de coeur La Griffe noire
Grâce à la toile, nous avons fait connaissance de quelques (encore trop rares) libraires qui ont lu et ont bien accroché à Projet Anastasis. Pour le moment, il s’en est suivi une séance de dédicace. Il y en aura sûrement d’autres. Certaines rencontres virtuelles se sont déjà concrétisées en rencontres réelles : Alain Christian et Fran se reconnaîtront.

Alain et son épouse : très sympathiques libraires de la Maison de la Presse de Concarneau
Et du coup, avec beaucoup de réticence au départ (mais à tort !) nous avons pris notre bâton de pèlerin et commençons, tout doucement, à tisser notre toile en allant nous faire connaître des libraires des environs... 
On commence local ! 
Un peu gênés au début (« Mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir leur diiiiire ? »), on s’est rendu compte que c’était plutôt sympa, et que les gens sont contents de mettre une tête (ou deux:) ) sur un nom et une couverture de livre. 
Et de notre côté, ça nous permet d’apprendre plein de choses. 
Une démarche à poursuivre donc !

Un nouvel exercice : la dédicace
Hé oui, quand on sort du numérique et qu’on met un pied dans le monde réel, on se retrouve face à un nouveau challenge : la dédicace.
Si certains auteurs indés sont largement aguerris, en ce qui nous concerne, nous n'avions jamais pratiqué l'exercice.
Le moins qu’on puisse dire, c’est que nous avons encore des progrès à faire de ce côté-là. 
  • Certes, nous n’avons que trois exercices de ce type derrière nous.
  • Certes, la première fois, il faisait une chaleur caniculaire, la ville était bloquée par une manifestation populaire et les librairies (toutes) étaient désertes.
  • Certes, la deuxième fois, la dédicace se passait au deuxième étage d’un autre immeuble que celui de la librairie, et il fallait vraiment connaître et être motivé pour venir.
  • Certes la troisième fois... Ah non, je cherche, je cherche, mais je ne trouve pas d'excuse pour la troisième fois !!
Bon, enfin bref, on n’a pas fait très fort !

Heureusement, de très belles rencontres (pas beaucoup, mais très belles), et des personnes qui n’ont pas hésité à faire pas mal de kilomètres tout spécialement pour venir nous voir ! Merci Dominique ! Merci Kristen ! Merci Christian ! Et merci aussi à ceux qui sont venus de plus près bien sûr !

Plus de 200km aller-retour pour venir nous saluer ! Merci Dominique !
En tout cas, nous avons là une belle marge d’amélioration possible, sur laquelle nous allons travailler.
Nous avons d’ores et déjà fait imprimer des chouettes flyers, et notre éditeur nous a promis des beaux marque-pages.
Il ne nous reste plus qu’à mettre au point notre stratégie d’approche, et le tour sera joué. 
Enfin... on espère hein. :)

Voilà, je crois que j’ai fait un tour rapide de ces premières semaines dans l’édition classique. Suite au prochain épisode !!

À bientôt pour de nouvelles aventures
Jacques-Line Vandroux

8 commentaires:

  1. Moi non plus, je ne suis pas très doué pour les dédicaces. Cela dit, j'avais traduit sur mon blog l'article d'un auteur beaucoup plus doué, Joe Konrath: http://alanspade.blogspot.fr/2016/12/lart-intemporel-de-la-dedicace.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens l'avoir lu avec intérêt. Mais bon, quand il n'y a vraiment personne dans la librairie, c'est quand même un challenge ! Je vais le relire de ce pas :) Merci Alan.

      Supprimer
  2. Merci pour ce premier retour. C'est bien évidemment super intéressant. En tout cas, vous avez une excellente diffusion car je vous ai vu partout où j'allais, c'est déjà un super résultat et je suis certain que ça ne va pas s'arrêter là. Maintenant effectivement ça semble demander un plus gros travail de communication que l'auto-édition qui est un peu une niche réservée parce que là, nous jouons dans la cour des grands et il y a une sacrée concurrence et des auteurs qui sont bien retranchés sur les étagères et dans l'esprit des lecteurs. Sûrement plus long de se tailler une place mais ça doit être possible. Bonne chance pour la suite, car il y en aura une, c'est certain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On jouait déjà dans la cour des grands avant Patrick, voyons ! Portons haut les couleurs de l'autoédition :) Mais il est vrai que, entre être connu et avoir de la visibilité sur une seule plateforme, ou dans une multitude de petites librairies, ce n'est pas le même job !!

      Supprimer
  3. Pour les dédicaces : "Amitiés amicales"... c'est sobre, mais efficace !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute ! Mais si tu en es là, c'est que tu as déjà réussi à accrocher le lecteur ! :)

      Supprimer
  4. Voici un article vraiment passionnant!! Merci infiniment pour ce retour d'expérience fort instructif... Bon courage et bonne route à vous. On vous soutient à fond! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tout petit retour bien modeste :) Merci pour les encouragements !

      Supprimer