lundi 7 août 2017

Mes sincères condoléances : deux petits bijoux à découvrir


Vous aimez lire, ou écrire des romans policiers ou des thrillers ? Au fil des pages, les cadavres s’amoncellent ? Oui, mais... savez-vous, dans la vraie vie, ce qu’il advient ensuite de ces dépouilles ? Qui s’en charge ? Pompiers ? Police ? Ou, encore, comme dans les Lucky Luke de votre enfance, les croque-morts ? Et d’ailleurs, d’où vient ce mot peu engageant ?

Dans la rubrique des coups de cœur que je souhaite partager avec vous, en voici un, ou plutôt deux, qui sortent un peu de l’ordinaire. Mes sincères condoléances, sont, comme le précisent le sous-titre, les mémoires d’un croque-mort, ou, pour être plus précis, les siennes ou celles de ses collègues.

Un sujet douloureux, rarement abordé de la sorte en littérature. Dans ces livres se succèdent de multiples anecdotes. Malgré le sujet, certaines sont amusantes, voire très drôles, d’autres, émouvantes, et d’autres, vraiment tristes.   

Je vais donc essayer de vous présenter ces livres, et qui sait ? Vous aurez peut-être envie de le découvrir.

Quelques mots sur l’auteur. 
Sur Amazon, on ne trouve pas grand-chose sur cet auteur. Une ligne tout au plus :
Guillaume Bailly est le croquemort le plus populaire de France ! En 2014, son livre « Mes sincères condoléances » a conquis plus de 60 000 lecteurs ! Un succès qui l’a bien entendu laissé de marbre... 
En cherchant mieux, on découvre que ce monsieur exerce sa profession depuis une vingtaine d’années, au début un peu par hasard.
Son premier livre a eu un beau succès, aussi bien au format électronique qu’en librairie. Le Figaro lui a d’ailleurs consacré un bel article en 2014. 

Après le succès de ce premier tome, l’auteur ne pouvait pas faire autrement que d’écrire une suite. C’est à dire, d’autres anecdotes tour à tour drôles, croustillantes, tristes ou émouvantes...  Ce deuxième opus est paru en octobre 2016.

Présentation du livre sur Amazon :
» Quand on est croque-mort, c’est 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ! Avouez simplement votre profession et votre soirée entre amis se transforme immédiatement en interrogatoire. Comment devient-on croque-mort ? Embaumer, c’est facile ? Et les familles, elles sont comment ? Et les phénomènes étranges, ça existe ? C’est vrai tout ce qu’on raconte sur les cimetières ?... Fort de ma longue expérience de croque-mort, j’ai voulu partager les petits dérapages et les grands moments de certains enterrements : bourdes familiales, lapsus macabres, incidents techniques, demandes surprenantes et gaffes en tout genre sont en effet légion ! « L’enterrement est un moment fort, solennel, unique... Mais le dernier hommage à un proche peut parfois devenir culte ! Les cérémonies sont souvent le théâtre d’événements étonnants, tantôt drôles, tantôt extravagants, mais toujours originaux. »
Entre rire et larmes, l’auteur nous ouvre les portes d’une profession qui préfère généralement le secret aux révélations. Cet ouvrage garanti « 100 % vécu » vous permet de découvrir avec bienveillance ces histoires inimaginables aux scénarios improbables... Et pourtant tout est vrai !


Mon commentaire
Après tout ça, je n’ai plus grand-chose à ajouter. Laissez-vous tenter, et vous découvrirez de nombreuses anecdotes, sur tous les registres de l’émotion, vous découvrirez les dessous de ce métier peu commun et si cela vous attire, vous apprendrez quel est le cursus à suivre pour exercer cette activité généralement peu enviée.
Le tout est écrit avec beaucoup de finesse, dans un style agréable, et sans jamais tomber dans le glauque.

Bref, deux livres à découvrir et sans doute à apprécier... En tout cas, c’était le cas pour moi !

Vous trouverez ces livres en librairie, ou ici pour le tome 1 et ici pour le tome 2.

A bientôt pour de nouvelles aventures
Jacques-Line Vandroux 

dimanche 2 juillet 2017

Au Coeur du Solstice disponible en version audio


Ça y est ! Il est disponible !

À partir d’aujourd’hui, vous pourrez vous procurer Au Coeur du Solstice en version audio
Soit directement sur Audible
Soit en passant par Amazon
Soit sur iTunes...

Si vous ne l’avez pas encore lu ou que vous souhaitez le découvrir autrement, cela peut être un autre moyen d'entrer dans l’univers de Jacques.

Un livre lu par Marie Bouvier, dont vous pouvez écouter l’interprétation dans l’extrait gratuit ici en cliquant sur « Écouter un extrait ».

Pas loin de 12 heures et 18 minutes d’écoute !!
De quoi :
  • Venir enfin à bout plus agréablement de cette pile de repassage qui s’est accumulée,
  • Faire un jogging de plusieurs dizaines de kilomètres
  • Partir en randonnée en cumulant le plaisir de la vue et celui de l'ouïe
  • Faire des longueurs de piscine avec un appareil audio étanche
  • Faire un aller-retour Strasbourg-Brest en train en étant bien accompagné,
  • Passer quelques nuits blanches pour les insomniaques, 
  • Préparer un repas festif pour une grande assemblée,
  • Et toute sorte de sortes d’autres situations...

En plus, Audible propose :
  • l’écoute gratuite d’un livre pour tout nouvel arrivant, 
  • ou un abonnement mensuel de 9,95 euros pour un livre par mois, résiliable à tout moment. 
Des solutions qui vous permettront d’éviter de débourser 19,95 euros.
Oui, je sais c’est pas donné, mais il faut bien rémunérer tous les intervenants : l’auteur, l’éditeur, l’interprète, les plateformes...

Bonne écoute pour ceux qui se laisseront tenter !!

Et à très bientôt pour de nouvelles aventures.
Jacques-Line Vandroux

samedi 10 juin 2017

Enfin en librairie : premières dédicaces

 
Et voilà, ça y est !
Grâce aux équipes de Robert Laffont, Projet Anastasis est enfin disponible en librairie. Un grand moment pour nous.
Autant dire que le jour de la sortie, je ne me suis pas attardée au boulot plus que nécessaire, pressée que j’étais d’aller voir ça de visu !

Et avec les livres en librairies arrivent aussi les premières dédicaces !
La première se joue à domicile, le 10 juin à la librairie Arthaud, enseigne grenobloise bien connue, qui a traversé les années et qui est toujours là, malgré quelques vents contraires.
Une magnifique librairie abritée dans des bâtiments du XVIIe siècle, juste en face de l’appartement du docteur Gagnon, grand-père du célèbre Stendhal.


Pour Jacques, c’est le premier exercice de ce type. Certes, il a déjà dédicacé quelques ouvrages sur le stand Amazon du Salon du Livre de Paris, mais ces livres étaient gratuits, et dans ces conditions, écouler la quinzaine d’exemplaires offerts n’a été qu’une formalité.
Légère inquiétude cette fois-ci : se retrouver seul à sa table, sans que personne s’arrête, tout le monde évitant soigneusement son regard afin d’éviter de se sentir obligé d’acheter le livre.
Heureusement, nous sommes deux, et, dans le pire des cas, nous passerons quelques heures à discuter en tête à tête.
Amis et relations grenobloises ont tout de même été prévenus pour éviter cette potentielle déconvenue. Et normalement, l’information a été relayée par la presse.
 
Et puis... on ne vient pas les mains vides non plus. Comme c’est une première, on a fait les choses comme il faut ! Chocolats pour le personnel qui nous a accueillis avec gentillesse, bonbons et marque-pages pour les lecteurs, et c’est parti...

Petit aparté d’ailleurs à ce sujet.
Si vous êtes un auteur indé, vous aurez vous sans doute, tout comme nous, fait appel aux services d’imprimeries en ligne pour réaliser cartes postales, cartes de visite, marques pages et autres stylos. Ces sites utilisent des méthodes marketing redoutables. 
Partis pour faire imprimer 50 cartes de visite, vous vous retrouvez, quelques clics plus tard et pour « à peine » quelques euros de plus, heureux propriétaires de 250 cartes de visite, 100 marques-pages, 50 cartes postales et 5 stylos à bille, arborant fièrement les couvertures des romans de Jacques.
« C’est sympa ! » me direz-vous, et ça laisse le temps de voir venir !
Oui, mais voilà, depuis, toutes nos couvertures ou presque ont changé !
Nous proposerons donc des marque-pages « collector », tant pis !!


Alors... avons-nous vu passer beaucoup de monde ?
Il faut dire que la concurrence était sévère :
  • Il faisait beau, et chacun sait que, quand il fait beau, le Grenoblois préfère gambader dans les montagnes plutôt que de traîner dans des librairies
  • Notre maire avait eu l’idée d’organiser, ce jour-là, la fête des tuiles, fête en rapport avec la journée des tuiles (7 juin 1788) qui fut un prélude grenoblois à la Révolution française. Beaucoup de monde drainé hors du centre-ville. La tuile !
Malgré tout, nous avons vu passer des personnes curieuses ou intéressées : amis, collègues et inconnus. Nous avons eu bien le temps de discuter avec les uns et les autres et Jacques a pu dédicacer un certain nombre de livres. De belles dédicaces bien personnalisées.
Nous avons également fait la connaissance du très sympathique personnel de cette librairie que nous fréquentons depuis 30 ans.
Un bilan positif donc.

Prochaine étape à la librairie Kléber de Strasbourg le vendredi 30 juin à 17 h 30. 
Venez nombreux ! 
Objectif : la queue jusqu’au milieu de la place Kléber comme pour Anna Todd :) (On peut rêver)

À bientôt pour nos prochaines aventures
Jacques-Line Vandroux

dimanche 4 juin 2017

Projet Anastasis - Le mont Sainte-Odile


Très bientôt Projet Anastasis en librairie !! J-4 !!
La pression monte !
Very soon, Project Anastasis will be available in French bookshops. The English version is still available on Amazon.

En attendant, vous trouverez dans ce billet quelques images des lieux de l'action du roman. 
Meanwhile, you'll find below some photographs of the plot locations.

J'ai déjà publié plusieurs billets sur les différents lieux de l'action de Projet Anastasis. Vous les retrouverez tout au long du moins de juin.
I have already published several articles about the locations of the story Project Anastasis.

A l'occasion de séjours en Alsace, je peux aujourd'hui rajouter un lieu à cette collection : le mont Sainte-Odile
Ce lieu où Béatrice cherchera assidûment la ruche. Ce lieu connu pour dégager de puissantes ondes telluriques.
Thanks to a stay in Alsace, I can now add a new location to this picture collection : the mount Sainte-Odile.

Le mont Sainte-Odile est un lieu incontournable pour tous les Alsaciens. Au sommet, le célèbre monastère créé aux alentours de l'an 700 et sa célèbre statue de la sainte, patronne de l'Alsace, qui surveille la vallée.
Mount Sainte-Odile is a famous place for all the people living in Alsace. At its top, the cloister created in year 700, and its famous statue. Sainte Odile, the patron saint of the Alsatians is keeping an eye on the valley.

Et, plus ancien encore, autour du mont, les vestiges d'une enceinte d'environ 11 kilomètres et jusqu'à 3 mètres de hauteur, dont on ne sait pas exactement à quoi elle servait. Toujours est-il que maintenant, avec la mousse et l'érosion, ce monument confère aux lieux une belle dose de magie et de mystère, quelle que soit la saison.
Around the mount, an even older monument : a wall, 11 kilometers long, up to 3 meters high is running around the mount. Nobody really knows for which purpose it was built. But the stones, covered with living moss result in a magic and mysterious atmosphere... whatever the season. 



Et puis bien sûr, il y a les amas rocheux, dont l'un d'eux, mais lequel, permettra à Béatrice de trouver une entrée vers la ruche.
And also those rock heaps. One of them will enable Béatrice to find the hive entrance.

Pourquoi pas celui-là ? Non ! Trop de promeneurs passent par là. L'entrée aurait été découverte depuis longtemps.
Is it this one ? No. Too many hikers. The entrance would have been discovered a long time ago.

Jacques se joint à moi pour vous dire : 
A bientôt pour de nouvelles aventures !!
See you soon !

Jacques-Line Vandroux


mercredi 31 mai 2017

Une journée chez Robert Laffont : dédicace des SP




Après vous avoir fait partager notre expérience et nos découvertes dans l’autoédition, c’est une nouvelle aventure qui commence pour nous dans l’édition traditionnelle. Un monde auquel nous ne connaissions pas grand-chose, et nous ne sommes sans doute pas les seuls. 
Alors, nous vous proposons de partager avec vous notre journée passée dans les locaux de Robert Laffont, place d’Italie à Paris ce lundi 29 mai.

Même si la distance entre Grenoble et Paris fait que nous limitons nos déplacements si c’est possible, c’est donc la troisième fois que nous pénétrons dans ces lieux.
  • Une première fois pour rencontrer notre éditeur, Glenn Tavennec, ainsi que la PDG des éditions Robert Laffont. Rencontre très détendue et qui nous a conduits à travailler ensemble.
  • Une deuxième fois pour présenter nos têtes et nos livres à un parterre de représentants chargés de promouvoir les livres dans les points de vente.
    10 minutes pour présenter notre parcours et leur donner envie de découvrir Projet Anastasis. C’est court ! Mais, bien aidés par l’éditeur, on s’en est bien sortis.
    À cette occasion, nous avons croisé Marc Lévy, venu, lui aussi, se plier à l’exercice pour son livre nouvellement paru, avec le succès que l’on sait. Une rencontre qui nous fait prendre conscience qu’on change quand même de monde !
  • Et cette troisième fois, l’objectif était de dédicacer des exemplaires de Projet Anastasis destinés à être envoyés à la presse et à quelques blogueurs.
    C’est ce qu’on appelle les « SP » (Service Presse) dans le jargon de l’édition.
    Vous trouverez d'ailleurs ici, un article assez amusant sur le sujet.
10 h : Rendez-vous avec Marie, notre « attachée de presse ». 
Eh oui, car, contrairement à l’autoédition où on faisait tout tous seuls, ici, il y a des tas de gens qui s’occupent de nous ! L’éditeur, l’éditeur junior, l’attachée de presse, la personne qui gère les livres numériques, la juriste, la responsable marketing, la personne qui s’occupe des signatures en librairies, sans oublier la charmante personne de l'accueil et sans doute plein d’autres. Des personnes toutes professionnelles et sympathiques.
C’est un peu déroutant au départ, mais finalement assez reposant ! En tout cas, on va s’y faire !


Et là, premier choc ! Sur un gros chariot, 250 exemplaires de Projet Anastasis nous attendent de pied ferme. Ça fait un sacré volume. Volume dont on ne prend pas la mesure lorsqu’on est habitué à vendre presque exclusivement des livres au format numérique.

Heureusement qu’on est là pour la journée ! Il va y en avoir pour un moment !


Marie nous donne les instructions. 
Jacques se fait un petit modèle de dédicace, et il se lance bravement avec son plus beau stylo à plume offert pour l’occasion par le père Noël, sous l’œil attentif d’Antoine Griezmann dont le livre est exposé tout autour de la salle. 
De mon côté, je fais la petite main en assurant le support logistique : déballage, empilage, compte et cochage de noms, recherche de verres d’eau (il fait chaud !)... 


Les livres se succèdent, et les noms de journalistes aussi, dont certains très connus. Quel pourcentage d’entre eux feuilletteront ce livre ? Sans doute très peu ! 

12 h 30 : Une pause bien méritée.
Marie nous emmène dans un petit restaurant au nom bien français dans le charmant quartier de la butte aux cailles (à découvrir si vous ne connaissez pas !)


Un repas qui nous permet des échanges cordiaux et une discussion sympathique. Merci Marie !
Et à tous ceux qui, dans leur jeunesse, ont toujours rêvé de manger de la colle Cléopâtre qui sentait si bon, un élément du café gourmand devrait vous permettre d’assouvir enfin ce fantasme !

14 h 30 : Varions les plaisirs
Oui, dédicacer des livres c’est bien, mais il faut aussi, pour promouvoir l’image de l’auteur, des photos qui tiennent la route. Rendez-vous avec Astrid, qui emmène Jacques autour de la place d’Italie pour relever ce défi.


De mon côté, je vais échanger avec Clément sur la stratégie de vente des livres numériques.

15 h 30 : Il est temps de s’y remettre !
Nous devons partir dans trois heures, et on est encore loin du compte. Jacques se remet au boulot, mais après quelques rapides règles de trois, il faut bien se rendre à l’évidence : à ce rythme-là, on n’y arrivera pas ! 

Le maître mot devient alors : EFFICACITÉ !
  • Changement d’outil pour un stylo à bille moins glamour, mais qui glisse beaucoup mieux sur les pages.
  • Réduction drastique du texte : dix lignes, c’était décidément beaucoup trop !
  • Optimisation logistique : afin que Jacques n’ait à s’occuper que d’écrire sans gestes inutiles par ailleurs.

18 h 30 : We did it ! Enfin... surtout Jacques !
Les 192 SP demandées ont été dédicacées, il ne restera plus qu’à les envoyer ! Encore du boulot, mais pas pour nous. Je l'ai déjà dit, mais ça fait un mur de livres impressionnant.


On a même le temps de discuter cinq minutes avec Margaux, la responsable marketing avant de filer prendre notre train.
Jacques ne sent plus son poignet et il a l'air bien fatigué. Ça ne l’a quand même pas empêché de poursuivre l’écriture de son roman en cours durant notre retour en train... mais sur son ordinateur cette fois !

Et le lendemain, retour à notre « vrai » boulot :)

Prochaine étape ?
La sortie du livre le 8 juin !!!
Et pour Jacques, sa première dédicace en librairie le 10 juin à la librairie Arthaud de Grenoble (de 15 h à 19 h pour ceux que ça intéresse !)

À très bientôt pour de nouvelles aventures.
Jacqueline Vandroux