vendredi 6 février 2015

Quel prix pour un ebook ? La réponse vue par J&J

Geralt Pixabay CC0 Public Domain
Aujourd’hui, petite question de base, mais qui a son importance : comment faut-il choisir le prix de son ebook ?
Sujet maintes fois abordé ! Je vais vous donner aujourd’hui le point de vue des Vandroux, mais bien sûr, comme d’habitude, vous n’êtes pas obligés d’être d’accord avec nous.

Quelques principes de base
Déjà, en tant qu’auteur indépendant en numérique, il faut avoir en tête quelques principes de base :
  • Le lecteur n’a pas envie de dépenser beaucoup pour un livre d’auteur inconnu ou quasi. 5 euros me semble un maximum à ne pas dépasser.
  • Un lecteur de numérique est à la recherche de bonnes affaires, de livres peu chers, et ne dérogera à ce principe que pour des valeurs sûres (prix littéraires, auteurs sur le devant de la scène...)
  • Même si le lecteur aime télécharger des livres gratuits, il faut bien reconnaître que souvent, il ne les lit pas.
  • Le seuil psychologique est important. Il vaut donc mieux vendre son livre à 4.99 euros qu’à 5 euros.
  • Un livre vendu à moins de 2.68 euros sur Amazon vous rapportera 35 % de redevances, alors qu’au-dessus, ce chiffre passera à 70 %
  • Si vous voulez vendre aussi sur iTunes, vous devrez choisir un prix qui se termine en 0.49 ou 0.99 euro
  • Vous ne pouvez pas vendre sur Amazon un livre à moins de 0.89 euro.
  • Chez les Vandroux on aime que nos livres soient à un prix très abordable pour pouvoir être lus par le plus grand nombre. D'ailleurs, plusieurs témoignages de lecteurs nous ont confortés dans cette idée.
Voilà, voilà, je crois que nous avons maintenant tout ce qu’il nous faut pour considérer les différents prix de vos ebooks (enfin, au moins des nôtres...)

Les cas possibles
  • Gratuité : Je me suis déjà exprimée sur la gratuité dans le cadre de KDP Select. C’est une chose que nous avons testée pendant plusieurs mois aux débuts de la publication de « Décollage imminent », et je dois dire qu’à terme, nous avons été déçus par les retombées. Donc la gratuité, oui, pourquoi pas, nous le faisons parfois pour nos ouvrages courts, mais cela doit rester exceptionnel et de courte durée.

  • 0.99 euro : Le prix idéal pour des textes courts (pour moi, à moins de 80 pages Kindle, c’est un texte court, mais c’est vous qui voyez...), ou pour vous lancer lorsque vos livres n’ont pas encore eu la chance de trouver leur public.
    L’avantage c’est que pour ce prix, le lecteur n’hésitera pas à se lancer, en se disant que même s’il n’aime pas, il n’aura pas perdu grand-chose. J’ai vu plusieurs livres atteindre les sommets du top 100 avec cette stratégie, dont Agnès Martin Lugand qui a eu le succès que l’on sait.
    Il y a tout de même quelques petits inconvénients : 
  • vous ne gagnerez pas grand-chose avec ces ventes, 
  • vous n’avez aucune marge de manœuvre pour une éventuelle promotion, puisque vous ne pouvez pas baisser votre prix, 
  • vous ne donnez pas une image très positive et pro de votre livre, puisque vous bradez votre travail. Certes, parfois il faut bien en passer par là pour atteindre des jours meilleurs.
  • 1.49 ou 1.99 euro : Les prix à éviter autant que possible ! En effet, une étude américaine effectuée par la plateforme Smashwords sur un très gros volume de livres a montré que ces prix sont des repoussoirs : les lecteurs ont plus de mal à acheter à ce prix qu’un livre moins cher ou un livre plus cher. Pourquoi cette barrière psychologique ? De nombreuses explications sont sans doute possibles, mais le résultat est là !

  • 2.49 euros : Pour l’incitation à l’achat, c’est beaucoup mieux, mais quel dommage de se cantonner à des redevances de 35 % sur Amazon, quand on peut doubler ce chiffre moyennant quelques centimes supplémentaires ?

  • 2.99 euros : Un prix idéal pour l’incitation à l’achat : on reste sous la barre des trois euros, donc un achat sans risque, on passe à des redevances à 70 %, soit environ 2 euros par livre, et donc autant qu’un auteur édité sur la vente d’un gros livre papier vendu à 20 euros.
    Un prix plus qu’abordable qui permet à tous de vous lire. Certains mails que nous avons reçus montrent que des gens qui ne roulent pas sur l’or achètent ce type de livre.
    C’est aussi pour pouvoir permettre au plus grand nombre de l’acquérir et de le lire que pour le lancement de « Projet Anastasis », ce titre est à 2.99 euros.
    Autre avantage d’un tel prix : après de nombreuses observations sur différents titres, j’ai pu constater que c’est un prix idéal pour un maintien durable dans le top 20 des meilleures ventes Kindle, avec des redevances qui restent intéressantes pour l’auteur.
    Mais là aussi, ce prix présente des inconvénients : celui de vous marquer à la culotte en tant qu’auteur indépendant. Or, de nombreux lecteurs trouvent que ce n’est pas un prix qui inspire confiance. Ils se méfient des auteurs indépendants suite à de mauvaises expériences qu’ils ont pu avoir : trop de fautes, des incohérences, un style approximatif... Bien sûr, ils ne savent pas que tous ces livres ne présentent pas les mêmes désagréments, et préfèrent se méfier et passer par le filtre d’une maison d’édition.
    Par ailleurs, et sans doute pour les raisons que je viens d’évoquer, la même étude Smashwords a montré que des livres à 4.99 dollars (pour nous 3.99 euros) se vendent bien mieux que des livres à 2.99  ou 3.99 dollars. En payant plus cher, le lecteur est en confiance.

  • 3.49 ou 3.99 euros :  suite à la rubrique précédente, on arrive tout naturellement à ce prix : plus sérieux pour le lecteur (mais à un prix suffisamment faible pour un achat sans risque), plus de redevances pour l’auteur. Donc un prix à appliquer (c’est notre choix en tout cas), une fois passé le rush initial à 2.99 euros, ou les achats effectués par vos amis, qui n’hésiteront sans doute pas trop à dépenser 3 euros pour vous (dans le cas contraire... mieux vaudrait en changer :) ). Mais attention ! Si ce prix attire la confiance des lecteurs, il faut aussi la mériter ! Veillez donc à ne mettre à ce prix que des livres impeccablement corrigés et mis en forme !

  • 4.49 ou 4.99 euros :  le prix maximum autorisé (par les principes de base Vandroux énoncés ci-dessus), qui permet d’optimiser ses redevances. Mais est-ce vraiment un bon choix ? Ne vaut-il pas mieux faire deux ventes à 3.99 euros plutôt qu’une seule à 4.99 ?
    En effet, d’après mes observations, les livres vendus à ce prix qui sont présents dans les meilleures ventes y restent rarement longtemps, surtout à des classements élevés. Mais encore une fois, c’est vous qui voyez !!!

C’est bon, vous avez tout suivi ? Je vous le refais en version ultracourte :
  • Gratuit : à éviter
  • 0.99 euros : idéal pour un lancement et des livres courts
  • 1.49 et 1.99 euro : à éviter
  • 2.99 et 3.99 euros : des prix avantageux pour les lecteurs et les auteurs
  • 4.99 euros : un peu cher et limitera vos ventes
  • Au dessus : à éviter
Et si vous ne partagez pas notre avis, n’hésitez pas à vous exprimer sur cette page (si vous le partagez, c’est possible aussi !! )

À bientôt pour de nouvelles aventures
Jacques-Line Vandroux

2 commentaires:

  1. Bonsoir à tous les deux,
    Je n'étais pas encore tombé sur cet article. Intéressant que d'identifier les différentes tranches de prix et les effets psychologiques associés ^^ Héhé, pauvre de moi : j'ai une nouvelle un peu longue autour de 1,49 €.
    À 1,47, pour être précis. Eh bien oui, j'ai lu en plusieurs endroits que le 7 a une "douceur" que n'a le 9 : 1,79 € ou 1,97 au lieu de 1,99 ; 47 et 97 € au lieu de 49 et 99 ; etc.
    Pour la non-fiction, le seuil psychologique maximal est peut-être plus élevé selon la valeur perçue par l'acheteur potentiel... La barre des 10 € est un seuil. Au-delà, ne vaut-il pas mieux passer directement à la vingtaine d'euros ? Je n'ai pas de réponse, mais je sais que des gens arrivent à vendre des livres informatifs encore plus chers (47 €).
    A bientôt,
    Jérémie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jérémie,
      Merci pour ton retour.
      Pour ce qui est des livres de non-fiction, c'est toujours pareil, tout dépend de la rareté du contenu et de prix que l'acheteur est prêt à mettre... Sans oublier que sur KDP, la redevance perçue de 70% ne vaut que pour des livres dont le prix n'excède pas 9.99 euros. Il est donc vrai que l'auteur n'a aucun intérêt à vendre un livre dans la tranche comprise entre 10 et 20 euros.
      A Bientôt
      J-Line

      Supprimer